Histoire des inondations à Toulouse

Si la ville doit beaucoup à son fleuve, elle lui a aussi payé un lourd tribut au fil du temps.
Jusqu'au XVIIe siècle, on a très peu d'informations sur les crues ; quelques traces laissent pourtant deviner que le fleuve Garonne connaissait déjà des phénomènes redoutables. On relève par exemple que le pont de « San-Subra » fut emporté lors d'une crue le 11 mars 1281.
Autre indice, « tous les ponts et les moulins furent emportés au-dessus de Toulouse » lors de la crue de juillet 1678.
Les premières données historiques précises datent du début du XVIIIe siècle. Elles permettent notamment de relier les dommages subis aux mesures de hauteurs d'eau effectuées à l’époque.
Ainsi le 12 septembre 1727, la Garonne atteignant la côte de 7,20 m, l'inondation provoqua la destruction de 939 maisons et la mort de 50 personnes.
Le 17 septembre 1772, l'hospice Saint-Jacques s'effondrait alors que la hauteur d'eau était de 6,65 m à l’échelle actuelle du Pont Neuf.
Au mois de juin 1855, le pont Saint-Pierre fut totalement détruit. La hauteur d'eau était de 6,10 m.
La crue la plus importante connue jusqu'à ce jour s'est produite dans la nuit du 23 au 24 juin 1875. De nombreux documents (plans, photos, gravures, récits…) relatent cette crue catastrophique qui a marqué l’histoire de Toulouse. La crue a provoqué la mort de 209 personnes, la destruction de 1140 maisons et des ponts Saint-Michel, d’Empallot et Saint-Pierre. Seul le Pont Neuf a résisté à cette crue dévastatrice.

Mort du Marquis d'Hautpoul

La hauteur d'eau a été estimée à 8,32 m à l’échelle du Pont Neuf. Elle correspond au niveau des plus hautes eaux connues (P.H.E.C) et constitue la crue de référence en matière de politique de prévention du risque inondation. On estime que le débit de pointe a pu atteindre 7500 m3/s.

Depuis cette date, bien d'autres inondations se sont produites à Toulouse et notamment la crue du 3 février 1952 qui atteignit la hauteur de 4,57 m à l’échelle du Pont-Neuf ; cette crue correspond à la crue dite « trentennale »1 chance sur 30 par an de connaître une crue équivalente ou supérieure. Elle « déclencha » la construction par l’Etat des digues de protection de Toulouse.

Depuis, deux autres crues « de même catégorie » (dépassant les 4 mètres) ont été observées en mai 1977 et juin 2000. Les digues ont rempli leur rôle de protection, en revanche l’île du Ramier fut largement inondée.

Accéder aux galeries photos et vidéos pour voir les inondations de Toulouse en images

Bouton les crues de 1875
Bouton les crues de 1952
Bouton les crues de 1960 à nos jours

Chaussée du Moulin, crue en 2000

Les principales crues depuis 1875

Schéma des crues de plus de 4m

Accueil Liens Mentions légales Contact