Retour à la page précédente
  • Les travaux
  • Les digues
  • Les vannes et pompes
  • Qui fait quoi
  • Les portes étanches

Les digues de Garonne

Dès le XVIIIe siècle, des digues anciennes avaient été bâties sur la rive droite (Quai Saint Pierre et quai de Tounis) puis sur la rive gauche (Cours Dillon) à la hauteur du centre ancien. Ces digues n'avaient cependant pas pu contenir la crue historique des 22, 23 et 24 juin 1875.

À la suite de la crue de février 1952, de nouvelles digues ont été construites par l’Etat pour protéger la population. La plus récente est celle de Ginestous qui fut élevée en 1997 par la Ville de Toulouse en aval du centre urbanisé. Ainsi la Garonne est désormais endiguée dans la majeure partie de la traversée de Toulouse : 8 ouvrages sur la rive gauche et 14 sur la rive droite.

Ces protections sont de natures très différentes : digues en terre, certaines revêtues de parpaings, murs de soutènement, et même vitrages renforcés de l'Hôtel Dieu. Comme tous les ouvrages, elles ont besoin d'être entretenues. L'État et la Ville se sont accordés pour engager un programme de travaux d’entretien.

Ces digues remplissent parfaitement leur rôle en protégeant des habitants des crues les plus fréquentes. Leur taille relativement imposante crée un sentiment de sécurité pour les populations riveraines qui n'ont jamais vécu et pour cause d'inondation aussi dramatique que celle de 1875.

Depuis cette date, l'urbanisation s'est développée au point que l'on estime aujourd'hui à environ 50 000 personnes le nombre de résidents, en zone considérée inondable, protégés par les digues de Toulouse, ce nombre pouvant doubler si l'on considère toutes les personnes présentes pendant la journée.

Vous les voyez, mais les connaissez-vous vraiment ?
(re)découvrez les digues qui protègent Toulouse !


Accueil Liens Mentions légales Contact